L'école
Savoir
Regarder

 
L'Ecole de wushu du Dragon Bleu
   
Le Professeur

Frédéric Pinlet débute le Kung Fu à Paris en 1984.

Cet art martial fort peu connu à cette époque, connaît en Occident ses premiers frémissements sous l’impulsion de l’un des grands pionniers des arts martiaux chinois en France : Dan Schwarz. L’ouverture de la Chine n’en est qu’à ses débuts et l’expansion du Kung Fu ne fera que croître dans les décennies à venir.

Au-dela de la simple activité physique il découvre année après année que
le Kung Fu est un art, et même un art de vivre.
La philosophie véhiculée dans l’imaginaire devient une réalité
avec tout un cortège de petits bonheurs, comme celui d’enseigner
et donc de transmettre à son tour.
De 1984 à la fin des années 90, il franchira tour à tour les différentes étapes
de sa progression matérialisées par les ceintures.
A l’issue de l’obtention de son diplôme fédéral de Kung Fu et TaiJiQuan en 1997,
il crée une Association de développement des Arts Martiaux chinois en France
Le Dragon Bleu.

Après plusieurs séjours en Chine, il perfectionne son instruction martiale
au contact des moines de Shaolin et des nonnes combattantes de Yongtai
avec lesquels il entretient désormais une relation privilégiée.
En 1998, il reçoit le diplôme de l’Ecole du Temple de Shaolin.
Son école montée sous forme d’association sans but lucratif,
constitue une formidable pépinière de talents.

Le Kung Fu a pour but d’exacerber toutes les qualités d’un individu ;
Frédéric Pinlet décide alors d’utiliser tous ces talents pour créer de grands spectacles
où se mêlent chants, danses et cascades.
Il créera ainsi en 1998 une grande fresque historique :
« Le Temple de Shaolin », puis dans les années suivantes :
« Le tour du monde du Dragon Bleu », « Kung Fu l’Art des Arts »
dont les bénéfices furent reversés aux Restos du Cœur,
« Y a-t-il un moine pour sauver Shaolin ? » (vaudeville)
et plus récemment : «L’Empereur et la Reine de Samarkand».

Ses interviews sur différents médias en ont fait le chantre
du retour aux valeurs instinctives de l’être humain
et le plus fervent défenseur de l’activité corporelle intense que constitue le Kung Fu.
Il interviendra sur les ondes des principales radio FM et périphériques
(France Bleu, France Inter, Europe2 Cauet, BFM, France Info …)
et sera l’invité de différents plateaux télé consacrés au phénomène du Kung Fu
et son apport dans la vie moderne
(France O, Culture Club, JT de TF1 France2, France3, M6, canal+ …).
Il sera l’invité de Catherine Barry pour l’émission « Voix Bouddhistes » sur France2.

De son passé de Directeur artistique, Frédéric Pinlet conservera la photographie et la vidéo. Il tourne un reportage en Chine « Les Héritières du Yongtai » qui sera diffusé à plusieurs reprises dans le magazine de France2 « Envoyé Spécial ».

Il se fixe pour but de rendre accessible la culture chinoise des adeptes du Kung Fu
et de redonner à tout un chacun le goût de redevenir des êtres épanouis.
Sa pédagogie toute particulière l’amènera à être sélectionné en 2005
professeur de Kung Fu pour la Star Academy.
Cette intervention aura permis aux candidats d’entrevoir une autre manière
d’envisager leurs performances et de réaliser qu’un grand artiste doit être,
avant tout autre chose, un être humain « animal et instinctif ».

Frédéric Pinlet vient de finir un ouvrage sur sa vision du monde moderne
et la place du Kung Fu comme vecteur social et éducatif,
certains établissements scolaires se penchent désormais très sérieusement
sur la place des arts martiaux chinois dans le processus d’apprentissage.

Revenir en haut de page Nous contacter